Préparation du SCOT et aménagement durable de la station

Quel futur pour le Bassin d’Arcachon ?

Le SCOT, Schéma de Cohérence Territoriale, est en préparation à la demande insistante de Madame la Préfète, c’est à dire de l’État : le dernier SCOT ayant été invalidé en 2017.

Le SYBARVAL a la charge de ce dossier : il a déjà organisé le PCAET (plan climat air énergie territorial).

Le SYBARVAL, (Syndicat du bassin Arcachon et val de l’Eyre) regroupe 17 communes : vaste territoire qui va du Cap -ferret à Saint Magne (80KMS) compte160000 résidents.

Il est évident que la réalité, les besoins, les possibilités financières ne sont pas les mêmes pour les différentes communes.
La base de préparation de ce dossier est d’établir en premier un diagnostic précis de la situation environnement, économie,social, démographique.

GLOBALEMENT le SCOT doit tenir compte des avis de :
L’ÉTAT qui établit des lois et veille à leur application : PRÉFECTURE
– Loi littoral
– Loi climat et résilience
– Loi Allur
– Loi ELAN

La RÉGION qui a en charge l’éducation, l’économie, les transports, le tourisme a établi un STRADDET *(mars 2020) ou l’on remarque notamment que le Bassin d’Arcachon est intégré dans « l’aire métropolitaine bordelaise » et a un seul grand pôle urbain : la COBAS.

Le DÉPARTEMENT qui a en charge les ports, les routes, les collèges l’action sociale.

Le territoire lui-même est vaste et varié.

Là aussi, comme partout en France, les strates administratives de gestion de ce territoire sont nombreuses.

3 communautés de communes :

– COBAN Communauté bassin Arcachon nord (8 communes : Lège cap-ferret, Arés, Andernos, Lanton, Audenge, Biganos, Marcheprime, Mios)
Compétences :
*développement économique
*aménagement espace communautaire
*politique de la ville
*traitement des déchets ménagers et assimilés
*eau potable
*accueil des gens de voyage … plus les compétences optionnelles

– COBAS communauté bassin Arcachon sud (4 communes : Arcachon, La Teste de Buch, Gujan-Mestras, LeTeich)
Compétences :
*développement économique
*collecte valorisation des déchets
*mobilité et déplacement
*formation éducation
*eau
*équipements sportifs solidarité santé

– PAYS VAL LEYRE (5 communes : Le Barp, Salles, Lugos, Belin-Beliet, Saint Magne)
Compétences :
*développement économique
*espace communautaire
*milieux aquatiques
*collecte des déchets ménagers
*eau et assainissement

Et en plus :
– Le syndicat intercommunal /SIBA* qui a en charge l’assainissement, l’économie, la défense des côtes, le tourisme, et même la lutte contre………… les moustiques !!

– Le Parc naturel marin /PNMBA* qui veille au maintien de l’équilibre naturel du Bassin lui-même et de 10 miles nautiques au large entre Le Porge et Biscarosse

– Le parc régional naturel /PRN qui veille à maintenir l’équilibre naturel de l’ensemble du territoire terrestre « les landes girondines »

Chaque organisme a donc des compétences spécifiques et les fait valoir.

Reconnaissons que les communes ont perdu beaucoup de leur autonomie : en même temps la « mutualisation » des services a très nettement amélioré les dits services …

L’État a donné le cadre en rappelant les lois et les directives qu’il entend imposer dans le contexte si particulier d’un territoire aussi fragile que le Bassin d’Arcachon et la Val de l’Eyre : la « lettre d’intention : orientations et objectifs » de Madame la Préfète de 2019 nous a paru tout à fait en phase avec la situation actuelle qui doit amener à un grand coup de frein au développement !

Avec tous ces intervenants, on devrait espérer un document parfait et consensuel d’autant que les maires de chaque commune sont représentés dans chaque strate : sauf que le dernier SCOT de 2016 a été invalidé car ne respectant pas les directives de l’État !!(en particulier trop de consommation d’espace) l’État souhaite, si il y a augmentation de population, une densification de l’urbanisme dans les centres urbains ..compliqué pour des communes comme la nôtre dont les règles d’ urbanisme limitent fort heureusement la hauteur des maisons à 8 mètres et le nombre de niveaux à R+1..

La mise en concordance des grands principes (protection environnement, prise en compte des risques, mixité de population, qualité de vie, accueil)avec la pression économique et la spécificité de chaque commune est compliquée.

Diverses réunions préparatoires ont eu lieu et l’impression que nous avons ressenti est que les dirigeants du SYBARVAL (c’est-à-dire en réalité les maires des communes du territoire) se sentent à l’étroit dans ce cadre et donnent l’impression d’essayer d’obtenir le plus possible de capacité de développement (habitat, artisanal, commercial) ;quitte à chercher à adapter les capacités (eau/voirie/assainissement/services /santé) : les communes semblent en vouloir toujours plus ! en justifiant une demande forte d’habitat supplémentaire, de zones d’ activités supplémentaires : (on parle d’une croissance démographique à 1,2% de population supplémentaire sur 20 ans : soit 20000 personnes de plus !!

Pourquoi cette volonté affichée et assumée qui ne semble pas profiter aux populations locales ?? : économique, politique ?

Nous demandons à contrario un réel ralentissement et de prendre comme base de discussion les capacités réelles des ressources : EAU, VOIRIE, ASSAINISSEMENT, LOGEMENT,ENVIRONNEMENT,FONCIER CONSTRUCTIBLE DISPONIBLE, DÉMOGRAPHIE (vieillissement).

Nous sommes en attente du compte rendu des premières réunions …

Les grands problèmes qui s’imposent au territoire :
– préserver l’environnement et l’authenticité de notre territoire, en particulier bien sur le milieu marin et ses activités ostréiculture et pèche
– freiner le tourisme pour retrouver un niveau acceptable en sachant que nous sommes un des lieux préférés des habitants de la Métropole
– maintenir une proximité habitat /emploi/éducation /formation professionnelle
Prendre en compte les dernières prévisions alarmistes du GIEC (montée des eaux)et des risques d’incendie.

Il a été clairement exprimé d’envisager la possibilité de 4 /5 niveaux dans les centres villes déjà autorisé et en vigueur à Andernos, Arcachon, La Teste ,Gujan-Mestras …

Il nous semble inconcevable de voir des immeubles sur la commune. Ce qui veut dire ipso facto que l’augmentation des logements sera forcément très limitée … ce qui nous parait logique et se justifie dans les limites imposées par les capacités des ressources (eau, voirie, assainissement,).

Nos règles d’urbanisme (PLU) actuellement en révision devront être conformes au SCOT ; il s’agit donc d’une étape très importante pour le devenir à moyen terme de notre commune.

Le rôle de chaque association est de faire remonter la sensibilité, les aspirations des adhérents qu’elle représente en sachant bien sûr que ce sont les élus qui ont la décision finale …et l’État ! mais on ne sait jamais : la participation massive des associations sera peut-être un élément pondérateur.

Pour la commune de Lège Cap Ferret, nous avons noté l’absence remarquable d’expression de la municipalité : officieusement la priorité serait donnée à la protection de l’environnement : nous vous rappelons que la municipalité a lancé une étude confiée au GIP littoral, dont l’étude ADS à laquelle nous participons. Vous trouverez dans la newsletter de février plus de détails sur ces études dont le but est de définir l’avenir de notre commune dans les 20/30 ans : exercice difficile mais important ; à partir du résultat de ces études nous éperons que la Municipalité prendra une position claire.

Rappelons les spécificités de notre belle commune :
– financièrement très aisée
– 11000 hectares dont plus de la moitié en forêt ,25 kms de long, 25kms de plages océanes, des kms de plage coté Bassin ,3600 corps morts, un port privé, 9 villages bien identifiés, un déséquilibre flagrant entre résidences secondaires et principales (les chiffres publiés de 65% et 35% sont à vérifier car beaucoup de résidences principales ne le sont en fait que pour des raisons fiscales !)
– un énorme problème lié à l’explosion du prix du foncier
– un manque de réserve foncière
– un milieu hyper fragile en lien direct les activités originelles (ostréiculture et pêche)
– une évolution du tourisme qui a tendance à devenir envahissant et contraignant…

Réduire le plus possible l’urbanisation future en particulier les résidences secondaires.

Favoriser le logement social dans chaque village, quitte à mettre en place des règles d’urbanisme spécifiques (création de secteurs de « servitudes de mixité sociale »

Créer des zones spécifiques village par village (pour éviter les déplacements) pour accueillir les travailleurs saisonniers.

Résoudre les problèmes de circulation. Lutter contre les diverses pollutions engendrées par le surtourisme. (Même chez nous les émissions à effet de serre doivent être diminuées de 40% dans les années à venir)

Pour établir un diagnostic précis, il faut que nos élus exigent en premier lieu des bureaux d’ étude un état des lieux exact de la situation ,c’ est à dire des analyses très fines de tous les sujets, et acceptent de les communiquer :seul chemin pour une vraie démocratie participative ….

Pour notre association les choses sont claires :
Priorité à l’environnement et à la qualité de vie de ceux qui ont choisi de vivre dans notre belle commune, maintenir notre rôle d’accueil en sachant qu’il faudra bien un jour ou l’autre le limiter.
Nous sommes en attente des retours que vous voudrez bien nous envoyer et transmettrons à la mairie une synthèse.
Prochain épisode …dans quelques mois !

STRADDET : schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires
GIEC : groupe experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
PNMBA : parc national marin du bassin d’Arcachon.
SIBA : syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon
ADS : étude Aménagement Durable de la Station
GIP LITTORAL : Groupement Intérêt Public dépendant du Conseil régional
Chargé d’imaginer le devenir du littoral Aquitain.

Image :  Merci à Clément Philippon Photographe https://clement-philippon-photographe.com/

Newsletter | Juin 2022

Newsletter | Juin 2022

Quelques nouvelles de la vie de notre commune : de plus en plus de monde, de plus en plus de négociations de villas à des prix fous sur la Presqu’ile…

Newsletter | Avril 2022

Newsletter | Avril 2022

Le SIBA sollicite une autorisation environnementale pour des travaux de ré-ensablement des plages de notre commune étalés sur 10 ans en cliquant sur le lien suivant…