Newsletter |Septembre 2022

Chers amis,

L’été s’achève, la meilleure période commence, les plus belles couleurs vont accompagner l’automne : bilan de l’été ? Belle saison touristique, beaucoup de monde, le petit train du Ferret a enfin repris du service, le 2ème ponton de la jetée de Bélisaire a été remis en place, les commerçants sont heureux … et notre Association a enregistré quelques motifs de satisfaction…

LES GREPINS

Nous avons lancé le 12 août une pétition en ligne pour bien montrer notre attachement à de la protection cet ensemble immobilier de résidence de loisirs des années 70 : en huit jours, vous avez été plus de mille à la signer ! Cette pétition va être adressée à la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) et en particulier à Monsieur François Xavier MAILLART, chargé de notre territoire.

Au cours de l’assemblée générale de l’association PALCF (association amie) le 13 août, monsieur le Maire s’est engagé publiquement à ce que :

– la Commune devienne acquéreur du foncier et en reste définitivement propriétaire et a annoncé son intention de réaliser un programme mixte logements saisonniers, logements sociaux, ainsi qu’un partenariat public/privé pour réaliser des logements pour les salariés des entreprises locales.

Le Programme proposé par le maire est alléchant, sauf que, comme nous ne sommes pas du tout associés aux « tractations » et que nous savons que la commune aura des difficultés à financer seule cette opération, et que l’expérience montre que souvent dans ces opérations le privé est plus puissant que le public …nous sommes inquiets d’autant que :

-Simultanément, monsieur le Maire a confirmé le désengagement de la Municipalité de la demande de protection lancée à notre initiative en partenariat avec 4 associations … Au motif « que après entretien avec le Directeur de la DRAC cette demande avait peu de chances d’aboutir … »

Cette dernière explication est en contradiction avec celle énoncée lors d’une précédente réunion officielle du « comité de suivi des associations » …« une éventuelle protection de ces bâtiments originaux compliquerait le futur programme immobilier envisagé » …

D’où notre perplexité : qui croire ? le Maire en Mairie ? le Maire en public ?

Nous, nous croyons réellement à l’intérêt de protéger cet ensemble : il est à notre avis important de poursuivre la demande de protection : pour ceux qui ne se sont pas encore manifestés, cliquez sur le bouton ci-dessous. Signez la pétition et diffusez là à vos correspondants attachés à la Presqu’ile ! Un grand merci à tous ceux qui l’ont déjà signée et qui continuent à la diffuser auprès de leurs proches !!

LA RUE DE LA PLAGE

Au cours de la même AG de PALCF, monsieur le Maire a affirmé :

-« je ne sais toujours pas à qui appartient l’espace séparant les parcelles des propriétaires fonciers des restaurants escale et pinasse du perré ! »

-« je ne comprends toujours pas pourquoi on me harcèle avec ce dossier vieux de plus de trente ans ! »

-« j’ai décidé de saisir le Juge Judiciaire afin de déterminer définitivement à qui appartient cet espace dénommé « rue de la plage »

Enfin une décision ?? la « requête » a été déposée par les avocats de la commune le 12 AOUT. Une première audience est prévue le 24 octobre : notre association est satisfaite de cette décision, mais reste inquiète de l’incertitude affichée du Maire quant à la réalité de la propriété communale et donc, ipso facto, de sa réelle volonté de défendre l’espace public dont il est le garant: bien évidemment nous n’avons pas accès au mémoire déposé par les avocats de la commune …

Aussi avons-nous décidé, conformément au vote de l’assemblée générale de notre Association en date du 10 octobre 2021, de faire déposer auprès du Magistrat désigné dans cette affaire une « intervention volontaire » par nos avocats : le but étant d’être certains que tous les éléments seront bien présentés.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de ce dossier qui par moments frise l’ubuesque, puisqu’ il suffisait au Maire dès 2020 d’imposer une AOT aux restaurateurs pour l’occupation de 311m2 d’espace public comme à tous les autres commerçants de la commune.

LA BECASSIERE

Bref rappel : par vote du conseil municipal du 8 décembre 2021 la commune proposait un échange d’un terrain de 900 m2 dont elle se disait propriétaire dans le lotissement de la Bécassière, contre un terrain privé dans le bourg de Lège de plus de 8 000 m2 ; la commune rajoutant en plus une soulte de 230 000€.

Le but : construction de logements sociaux à Lège.

Louable certes, mais, outre le fait qu’il nous semblait incongru d’abandonner un de nos rares terrain constructible sur la partie sud de la presqu’ile, nous avons attiré, dès le début, l’attention de la municipalité sur l’impossibilité pour elle de vendre un bien qui par définition était inaliénable puisque faisant partie d’un lotissement « dont les voies, places et espaces libres seront destinés perpétuellement à l’usage public » donc de fait inaliénables .

Après quelques mois « de rapports difficiles » avec la municipalité, il semblerait que nous avions raison et que la Municipalité abandonnerait l’échange et chercherait un autre moyen de financement avec l’EPFNA (Etablissement Public Foncier de la Nouvelle Aquitaine)…

Voilà pour les sujets qui fâchent !

FORÊT USAGÈRE DE LA TESTE

Nous avons participé à 2 réunions suscitées par l’ADDUFU (Association de Défense des Droits d’Usage de la Forêt Usagère) à La Teste, en vue de créer un Collectif d’associations pour défendre le droit d’usage, à la suite de l’incendie qui a détruit plus de 80% de cette forêt usagère.

A l’issue de ces 2 réunions, nous avons posé les conditions suivantes pour participer à ce Collectif :

– Sauvegarde et régénération de la forêt naturelle afin de préserver la génétique du pin maritime et la biodiversité intrinsèque de cette forêt, en y intégrant toutes les mesures indispensables à la prévention et au traitement de possibles incendies,

– Préservation du droit d’usage afin que la catastrophe intervenue ne remette pas en cause la Forêt Usagère et ses droits ancestraux,

– Participation effective au plus près des projets et décisions qui devront être prises par les différents acteurs locaux (administrations et propriétaires fonciers ) ou nationaux,

– Le collectif fondera ses propositions sur les compétences des acteurs concernés (forestiers et au minimum 2 équipes universitaires de recherche sylvicole, de sensibilités différentes).

Après plusieurs échanges téléphoniques, les conditions d’adhésion au Collectif ne nous semblent pas réunies : nous continuerons simplement à soutenir l’ADDUFU en ce qui concerne le statut de cette forêt et le droit d’usage (qui est le véritable verrou à l’évolution vers une forêt d’exploitation), et à affirmer notre préférence pour une régénération « douce » de ladite forêt.

Pour la vie quotidienne et tous ses petits tracas (le bruit, la circulation, le stationnement, le logement… qui rendent la vie plus ou moins difficile ) nous continuons à intervenir auprès des responsables municipaux avec … plus ou moins de succès !

Nous participons aux réunions de travail organisées par la municipalité (mobilité / devenir de la station) ainsi que celles organisées par la Coban et les autres Administrations.

En particulier, plusieurs d’entre nous ont participé en août à la réunion de restitution aux associations du diagnostic (phase 1) de l’étude ADS (Aménagement Durable de la Station). A l’issue de cette réunion, nous avons saisi monsieur le Maire par écrit de plusieurs observations de fonds sur la méthode utilisée par les consultants en charge de l’étude; un courrier et une demande de rendez-vous ont également été adressés aux consultants.

La révision du PLU va être enfin lancée : espérons que la Municipalité ouvrira grande la porte aux associations pour la préparation de ce document d’urbanisme essentiel pour l’avenir de notre commune.

Nous allons continuer à défendre l’idée que les villages ostréicoles doivent impérativement demeurer des lieux réservés en PRIORITÉ aux professionnels (entrepreneurs et salariés) : le maintien de l’activité ostréicole et de pêche étant indispensables à l’équilibre naturel du Bassin d’Arcachon. Dans cet esprit, nous avons sollicité un rendez-vous avec la DDTM afin de proposer à terme une modification de la Convention de Gestion des villages ostréicoles entre l’Etat et la Ville.

Merci encore de votre soutien, n’hésitez pas à nous contacter en particulier si vous désirez intervenir dans la vie de l’association.

Très cordialement,

Jean-Michel Bruno

PS : dimanche 4 Septembre, nous tiendrons un « stand » au Forum des associations à Lège Bourg, sur le parvis de l’Hôtel de Ville à partir de 9h00. Venez nombreux !

Newsletter | Août 2022

Newsletter | Août 2022

Ce courrier a essentiellement pour but de vous inviter à participer à une PÉTITION EN LIGNE que nous lançons pour essayer de protéger le site exceptionnel des GREPINS : cette pétition est adressée à Madame la Directrice de la direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle Aquitaine (DRAC).

Newsletter | Juin 2022

Newsletter | Juin 2022

Quelques nouvelles de la vie de notre commune : de plus en plus de monde, de plus en plus de négociations de villas à des prix fous sur la Presqu’ile…

Newsletter | Avril 2022

Newsletter | Avril 2022

Le SIBA sollicite une autorisation environnementale pour des travaux de ré-ensablement des plages de notre commune étalés sur 10 ans en cliquant sur le lien suivant…